Alter Ego Digital  la startup qui innove dans le sport.png

Alter Ego Digital : la startup qui innove dans le sport

Publié le 24 octobre 2017

Temps de lecture 4 minutes

La Wild Code School est un réseau d’écoles numériques présentes partout en France. Chaque école est bien implantée localement et entretient des liens privilégiés avec les acteurs du numérique. Alter Ego Digital fait partie de ces acteurs. Retour sur la collaboration entre cette entreprise innovante et la Wild Code School Orléans.

Alter Ego Digital : une jeune pousse qui innove dans le sport

Créée en 2016 à Orléans par Nicolas Barbier, Alter Ego Digital « intervient dans le domaine de la maintenance prédictive du corps humain ». La startup propose « des programmes sportifs personnalisés clés en main, alliés à une application mobile et des outils de suivi ». L’idée est d’aider les salariés à se sentir mieux au travail par le biais du sport, grâce à un programme complètement personnalisé. Cet outil permet ainsi de prévenir des complications de santé et d’améliorer le bien-être des salariés sur leur lieu de travail. « En fonction des besoins de l'entreprise, nous élaborons un programme sportif adapté. L'application numérique vient en appui. Elle permet au coach d'organiser la séance, d'évaluer la qualité des exercices ou encore d'effectuer un bilan sportif. Pour le salarié, elle offre la possibilité de suivre sa progression et de mesurer ses efforts physiques* ».

Une première application développée avec la Wild Code School

Alter Ego Digital a commercialisé cette application et elle l’adapte aujourd’hui aux besoins d’un grand groupe industriel et technologique français. Le prototype a été réalisé par les élèves de la Wild Code School en septembre 2016.

« J’avais besoin d’un prototype rapidement pour montrer quelque chose à mes clients potentiels, à un moment où l’entreprise n’était pas encore créée et où je n’avais pas encore d’équipe avec moi. Ça m’a vraiment servi et le projet s’est très bien déroulé », nous confie Nicolas Barbier, fondateur de la startup.  

Depuis, l’entreprise a recruté plusieurs élèves qui continuent à travailler sur le projet. Il s’agit de Guillaume Thielon et Quentin Chapelle (de la promotion de septembre 2016) qui ont d’abord effectué leur stage de fin d’études à Alter Ego puis y ont été recrutés en CDI. Deux autres élèves (de la promotion de février 2017) y sont actuellement en stage : Véronique Monaco et Quentin Riandière.

Pour Nicolas Barbier, quand on fait un projet avec l’école, il faut bien comprendre ce que l’on demande et être au clair sur les besoins. Lui par exemple, connaissait très bien les besoins de son entreprise : « Quand j’ai demandé ce projet, j’avais toute la chaîne en tête ; j’avais déjà une logique plus large d’embauche ».

Alter Ego Digital_équipe

L'équipe d'Alter Ego Digital ®Ludovic Letot 25

Une collaboration gagnant-gagnant

Pour Guillaume Thielon, un des élèves embauchés, tout s’est passé comme sur des roulettes. Cet ancien chef d’entreprise connaît bien l’informatique. Il était administrateur système et à la tête de plusieurs sociétés informatiques. Puis il décidé d’apprendre à coder et a suivi la formation de développeur web à la Wild Code School. C’est ainsi qu’il a rencontré Nicolas Barbier d’Alter Ego Digital. « L’application sur laquelle je travaille aujourd’hui, on l’a démarrée à la Wild Code School comme projet client. J’ai ensuite fait mon stage avec Alter Ego et j’ai continué à travailler sur l’application, pour la stabiliser et l’améliorer. Et j’ai rapidement été embauché en CDI, avant même la fin de mon stage, pour développer la v3. »

Alter Ego Digital_Guillaume Thielon

Guillaume Thielon, pendant un hackathon organisé par la Wild Code School, pour Air Liquide

Nicolas Barbier revient sur sa collaboration avec l’école : « Je suis satisfait des développeurs issus de la Wild Code School que j’ai intégrés à mon équipe. Et j’ai encore des attentes vis-à-vis de l’école. Je sais qu’ils peuvent nous aider à développer des compétences qui ne sont pas sur le marché. La Wild Code School s’inscrit déjà dans l’écosystème digital et il faut qu’elle continue à être présente dans les incubateurs numériques au plus près des startups et des entrepreneurs ».

Aujourd’hui, l’équipe d’Alter Ego compte sept personnes dont quatre développeurs de la Wild code School. L’application quant à elle est utilisée par 700 utilisateurs sur trois sites industriels.

*http://www.larep.fr/orleans/economie/innovation/2017/01/12/la-jeune-pousse-alter-ego-rejoint-le-labo-laccelerateur-de-start-up-orleanais_12238836.html