Changement de vie  passer de journaliste à développeuse web.png

Changement de vie : passer de journaliste à développeuse web

Publié le 30 avril 2019

Temps de lecture 4 minutes

Ex-journaliste culture et cinéma, Juliette a décidé de changer de vie. Elle se forme désormais au développement web pour accéder à de nouveaux outils et partager son intérêt pour la culture avec le plus grand nombre.

Peux-tu nous en dire plus sur ta carrière en tant que journaliste ?

J'ai travaillé comme journaliste à Paris pendant plus de 10 ans. J’écrivais les rubriques Culture et Cinéma pour un quotidien gratuit à grands tirages. Pendant 10 ans, j’ai occupé le même poste. Mon job était incroyablement riche et intéressant mais je n’ai jamais eu l’opportunité de grimper dans la hiérarchie malgré mon expérience. Les possibilités d’évolutions étaient très limitées pour moi et mon équipe. Il n’y avait aucun turnover. Le secteur du journalisme est terriblement bouché.

Qu’est-ce qui a motivé ta décision de changer de métier ?

J’ai déménagé à Nantes et j’ai donc quitté mon entreprise de Paris et commencé à chercher un nouveau travail. Pendant ma recherche je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas beaucoup d’opportunité dans ma branche et qu’il serait compliqué de trouver un job similaire dans la région. J’ai donc été un peu forcé de prendre du recul et j’ai commencé à envisager un changement de carrière. Plus le temps passait, plus l’idée me plaisait et j’ai fait pas mal de recherches avant d’entamer mon changement de vie.

Pourquoi as-tu décidé d’apprendre le métier de développeuse web ?

J’ai décidé de m’intéresser aux secteurs dynamiques de la région dans laquelle je venais de m’installer. J’ai fait des forums d’emploi. Sur l’un d’eux, la Wild Code School avait un stand et j’ai eu un bon contact avec la Campus Manager. Puis j’ai discuté avec une conseillère APEC, regardé les offres d’emploi et analysé le taux de retour à l’emploi des différentes offres de formation de Pôle Emploi. Je me suis rendue compte qu’il y avait une énorme demande sur des postes de développeur web avec un retour durable à l’emploi. Je me suis alors renseignée sur les autres écoles mais la méthodologie atypique de la Wild (par empirisme) m’a convaincue de tenter ma chance.

Tu n’avais pas peur de te lancer dans une reconversion professionnelle ?

Pas tellement à vrai dire !! J’en avais assez du manque de débouchés dans le journalisme. Et je me suis dit que c’était le bon moment pour me reconvertir… que si je ne le faisais pas maintenant, je ne pourrai plus le faire après. J’ai fait des exercices à la maison et ça n’a pas du tout été rédhibitoire. Ca m’a même plu. Enfin, Cécile (Campus Manager Wild Code School du campus de Nantes) m’a beaucoup rassurée, guidée et aidé à préparer ma reconversion.

Justement, comment est-ce que ça s’est passé pour toi le process de candidature ?

J’ai fait mes exercices sur Odyssey. Ca m’a pris pas mal de temps mais à force de persévérance, j’ai pu finaliser les quêtes nécessaires et passer mes entretiens de motivation avec l’équipe. J’étais vraiment motivée !

C’est quoi ton côté Wild ?

L’audace de changer de carrière à 41 ans et de miser sur un secteur plein d’avenir..

Est-ce que tu sais déjà ce que tu veux faire après la formation ?

Mon but dans cette reconversion est de faire le pont entre le numérique et mes compétences professionnelles. Je m’intéresse évidemment à tout ce qui touche à la culture et comme je suis maman, je cherche aussi des moyens de faire découvrir de nouvelles choses à mes enfants de façon amusante. Par exemple, je me suis rendue compte qu’ils retenaient plus de choses dans les musées ou durant des visites culturelles lorsqu’ils avaient accès à une application mobile. J’aimerais beaucoup travailler au développement de ce genre d’applications mobiles ludo-éducatives.

Y-a-t-il un conseil que tu souhaiterais donner aux futurs Wilder ?

Aujourd’hui, cela fait 3 mois que j’ai commencé ma formation à la Wild Code School. Ce n’est pas facile tous les jours – il y a beaucoup de hauts et de bas – mais quand je réussis un exercice ou que je comprends une nouvelle notion, j’éprouve une grande satisfaction. Si je peux donner un conseil, c’est qu’il faut oser, se lancer et persévérer.