Conseils RH pour développeurs juniors.png

Conseils RH pour développeurs juniors

Publié le 19 mai 2017

Temps de lecture 8 minutes

L'entreprise de service numérique Infotel fait partie des tous premiers partenaires de la Wild Code School Toulouse. C'est l'une des premières entreprises à avoir fait confiance à la fois au modèle pédagogique innovant de notre école et également aux profils originaux de nos élèves. Témoignant de cette confiance, Infotel a choisi en février de recruter plusieurs de nos élèves en contrat de stage de pré-embauche. L'occasion pour nous de mettre à l'honneur la très dynamique et enthousiasmante équipe d'Infotel au travers d'une interview spéciale « Conseils RH pour Développeurs Juniors ». Merci à Roseline Tournier, Responsable Recrutement et formation, pour le temps consacré à répondre à l'ensemble de ces questions.

Qu'est-ce qu'un bon développeur junior ?

Roseline : C'est avant tout un candidat qui a un socle technique solide, un savoir-faire et une capacité à maîtriser plusieurs environnements techniques. Il doit en complément avoir un certain savoir-être, c'est à dire être capable de se remettre en question, être impliqué dans ses équipes et sur ses projets, avoir l'esprit d'analyse et une bonne capacité de communication.

Quelles compétences/qualités cherche t-on à vérifier chez un développeur Junior sur un CV ?

Roseline : Le CV est véritablement la carte d'identité du développeur. Il doit être synthétique et surtout il doit donner envie au recruteur de recontacter le candidat. Il faut bien garder en mémoire qu'à peine une minute est consacrée à la lecture d'un CV ! Selon les structures (en fonction de la taille par exemple), ce ne sont pas les mêmes personnes qui analysent votre CV (parfois le RH, parfois le CTO, parfois l'équipe de développeurs/Le responsable Technique, etc.). Dans tous les cas, il faut penser à introduire dans son CV des mots clés (comme le nom des technos et langages de programmation connus). C'est encore plus vrai si le CV est publié en ligne car le recruteur trie automatiquement les candidatures par mot clé. Le candidat peut aussi mettre en avant ses connaissances en IT mais attention, il ne faut jamais mentir car tout peut être vérifié !

Et lors d'un entretien ?

Roseline : L'entretien vient parfois infirmer ou affirmer l'impression que l’on s'est faite sur un CV. Pour un développeur, il s'agit alors de convaincre le recruteur en face de lui en mettant en avant ses stages ou ses projets personnels. Il est par exemple très apprécié qu'un candidat parle du temps passé à s'auto-former, communiquer sa passion pour le code et l'informatique à ce stade du recrutement (à fortiori pour un développeur junior qui a moins d'expériences à mettre en avant).
Au final, l'entretien est encore plus important quand on est un développeur junior : c’est une opportunité de convaincre directement de la plus-value de sa candidature. Il faut ainsi convaincre ses interlocuteurs sans pouvoir encore s'appuyer sur beaucoup d'expériences précédentes. Le jeune développeur va pouvoir compenser ce manque d'expérience professionnelle par la mise en avant de projets personnels (site ou application, etc). Il faut savoir montrer que l’on a été pro-actif dans son apprentissage et que l’on a, dans l'idéal, quelques activités extra-profesionnelles liées à l'informatique.

Des conseils pour bien préparer ses entretiens ?

Roseline : Avant de passer des entretiens, un développeur doit prendre le temps de se mettre à jour sur l'anglais et les notions techniques.
Le jour J, il doit savoir montrer qu'il est à jour des actualités Tech et bien sûr il doit être préparé, connaitre son CV, avoir anticipé les questions et savoir y répondre de façon simple tout en gardant sa spontanéité. Il doit s'être renseigné sur l'entreprise en amont et s'intéresser à son fonctionnement et ses actualités. Il faut se souvenir qu'à compétences égales, ce qui fait la différence c'est la personnalité du candidat. Un recruteur va particulièrement apprécier un développeur chez qui il ressent par exemple des qualités d'adaptation, une soif d'apprendre en continue, un investissement au sein de communautés tech, un plaisir à travailler en équipe, une ouverture d'esprit, une curiosité, une bonne capacité de communication ou bien encore de remise en question.

L'anglais est-il devenu indispensable pour un développeur ?

Roseline : La connaissance de l'anglais (à l'oral comme à l'écrit) est importante. Rédiger son CV en anglais peut d'ailleurs constituer un atout. C'est même à privilégier si le candidat souhaite avoir une carrière internationale.

Qu'est-ce qui vous séduit dans le profil type d'un développeur formé à la Wild Code School ?

Roseline : On trouve à la Wild Code School des profils de personnes volontaires, qui ont envie de réussir, souvent des profils en reconversion professionnelle. C'est très intéressant pour des recruteurs car ces profils sont matures, sur-motivés et ont aussi envie de s'investir sur du long terme avec une entreprise.
La Wild Code School est aussi à la pointe sur les dernières technologies et forme donc des futurs développeurs en cohérence avec les nouveaux besoins du marché. Au fond c'est l'identité même de l'école qui est transmise, au fil des 5 mois de formation, aux apprentis développeurs : une culture axée sur la mise en réseau avec les communautés de développeurs, le savoir « apprendre à apprendre », la capacité à faire sa veille en autonomie, les qualités de collaboration et le goût pour le travail de groupe. Ces traits de caractères communs à tous les wilders des campus de la Wild Code School créent un élément différenciateur positif.

Chez Infotel, quelle place accordez-vous aux développeurs juniors ?

Roseline : Une place très importante ! Infotel est une ESN qui ouvre volontairement ses recrutements à différents profils (juniors, auto-formés, avec ou sans diplôme d'ingénieur). De plus, Infotel favorise la montée en compétence de ses développeurs (y compris juniors) en proposant des formations internes sur des technologies à la pointe. Ces formations continues permettent une évolution continue. L'entreprise a choisi de capitaliser sur ses salariés et d'investir sur tous les profils recrutés. Les développeurs juniors sont ainsi encadrés et bénéficient d'un suivi régulier avec leur manager.

Quelle place occupe GitHub dans votre processus de recrutement ?

Roseline : Nous n’allons pas pénaliser un développeur n’ayant pas de profil GitHub. En revanche, donner son profil GitHub est à double-tranchant : si un bon profil avec des projets bien structurés est un plus considérable, il faut s’attendre à ce qu’un profil technique vienne détailler vos derniers commits pour s’assurer de votre qualité de code en général.

Un début de carrière auprès d'une ESN : est-ce plus formateur pour un développeur junior?

Roseline : Intégrer une ESN va permettre au jeune développeur de travailler avec une pluralité des clients et divers projets. Cela permet aussi au jeune développeur une prise de responsabilité et une montée en compétence plus rapide. Pourtant les Entreprises de Services Numériques n'ont pas toujours une bonne image. On leur reproche souvent de ne pas offrir d'assez belles évolutions de carrière mais il faut garder en tête que le monde des ESN est vaste et que chaque société a ses spécificités.
Chez INFOTEL par exemple, la majorité de notre croissance est organique (c'est à dire interne à l'entreprise). La politique de l'entreprise est de favoriser la montée en compétences et le recrutement interne pour créer un cycle vertueux de croissance. On cherche des développeurs qui rejoignent Infotel non pas seulement pour démarrer leur carrière mais pour y faire leur carrière ! Cela fonctionne assez bien puisqu'aujourd'hui notre ESN compte moins de 10% de de taux de départ volontaire et a dans ses équipes des développeurs avec une moyenne d'ancienneté de 10 à 15 ans. De plus, Infotel n'a pas de clauses de mobilité (ce qui est le cas dans plus de 80% des ESN qui parfois obligent leurs salariés à quitter leur région/pays en cas de baisse d'activité pour repositionnement sur d’autres projets).

Dans le cadre d'entretiens d’embauche avec une ESN, à quoi un jeune développeur devrait-il faire particulièrement attention ?

Roseline : Un bon réflexe pour un développeur junior est de toujours vérifier les stratégies de croissance d'une ESN et poser la question du taux de turnover. On peut mesurer l'attractivité réelle d'une ESN à sa capacité à garder les talents.

Un dernier mot…

Roseline : Il n'y a pas de méthodologie unique de processus de recrutement. Il y a un process propre à chaque entreprise et chaque recrutement est donc singulier. Un candidat peut passer un entretien unique en startup mais jusqu'à parfois 7 entretiens dans certaines grandes entreprises.
Un développeur doit toujours être prêt à s'adapter à tout type de recrutement et savoir aussi laisser la place à la spontanéité.
Infotel recrute actuellement partout en France sur divers profils IT. Pour plus de détails, consultez les offres ici.

Vous aussi vous souhaitez embaucher l'un de nos élèves ? Déposez votre offre sur notre Career Center.