1_ BLOG (5).png

Quel parcours de formation pour les jeunes aujourd’hui?

Publié le 23 décembre 2019

Temps de lecture 5 minutes

En France, les jeunes sortant du lycée ont souvent du mal à s’orienter. 

Pour schématiser, plusieurs années de réformes de l’enseignement supérieur et du système de formation professionnelle ont progressivement scindé les jeunes en deux : 

  • ceux qui veulent (et peuvent) continuer sur des études supérieures telles que l’université, le BTS, le DUT, les écoles (commerce, ingénieur, spécialisées…), 
  • et ceux qui choisissent la voie professionnelle, généralement sur des formats plus courts. Ces derniers souhaitent en général s’insérer rapidement sur le marché du travail. 

Qui sont donc ces jeunes qui ne veulent ou ne peuvent pas faire de longues études?


Echec scolaire / milieu défavorisé : sont-ils les seuls concernés?

Penser que suivre une formation professionnelle courte est réservé à ceux qui ne souhaitent pas faire d’études ou sont en échec scolaire est un raccourci facile. Dans le détail, on s’aperçoit que cette affirmation est tout de même partiellement fondée. Les élèves des filières professionnelles ont souvent déjà rencontré des difficultés pendant leur scolarité. Par exemple, trois entrants sur quatre en CAP et un sur deux en seconde professionnelle ont redoublé au moins une fois.

Selon l’INSEE, 40% des effectifs du second cycle suivent un enseignement professionnel (apprenti ou formation pro). Ces effectifs sont généralement issus d’un bac professionnel ou technologique. D’après les chiffres de l’Etudiant, après l’obtention de leur bac pro, 37 % quittent la scolarité et 13 % repartent pour une formation pré-bac (CAP, BEP, mention complémentaire, diplôme d’État, brevet professionnel, brevet de technicien ou terminale d’une autre série professionnelle). 

La plupart du temps, les bacheliers poursuivant leurs études suivent un parcours prédéfini et soumis aux inégalités car l’origine sociale demeure malheureusement un facteur déterminant du parcours scolaire. En effet, une grande majorité des élèves issus des catégories les plus favorisées poursuivent en seconde générale et technologique (87 %) et moins de 10 % en voie professionnelle.

Aujourd'hui, le milieu social et la réussite à l’école sont donc des critères déterminants dans le choix des études et notamment des formations courtes. En revanche, beaucoup d’autres raisons peuvent pousser ces jeunes à choisir les filières de formation professionnelle plus courtes : une volonté d’accès rapide à l’emploi, une certitude sur le métier visé, ou encore le souhait d’être formé de manière professionnelle et moins théorique.


Quels domaines de formation s’offrent à ces jeunes aujourd’hui ?

Aujourd’hui, l’offre de formation professionnelle est regroupée en onze domaines, cinq dans les services et six dans la production. 

Six domaines de formation concentrent à eux seuls 96% des effectifs :

  • trois dans les services (« échanges et gestion », « services aux personnes » et « spécialités plurivalentes des services »)
  • et trois dans la production (« mécanique, électricité, électronique », « transformations » et « génie civil, construction et bois ») . 

Un véritable clivage est toujours observé entre les hommes et les femmes: près de neuf filles sur dix sont en formation dans les services.


Et sous quels formats ?

CAP: c’est le Certificat d'Aptitude Professionnelle. Il est le premier diplôme professionnalisant et le diplôme-phare de l'artisanat.

BEP: c’est le Brevet d’Etudes Professionnelles. Le BEP se prépare après la classe de troisième dans un lycée professionnel ou un lycée agricole. Il s’intègre dans le cursus d’un bac pro de la même spécialité.

FCIL: La Formation Complémentaire d'Initiative Locale est une formation rapide et unique: elle permet d'acquérir une qualification plus pointue dans un secteur en rapport avec le marché local ou régional.

BTS: Le Brevet de Technicien Supérieur est un diplôme national de l'enseignement supérieur français. Il se prépare normalement en deux années après l'obtention d’un baccalauréat. Il s'agit d'un diplôme de niveau III.

Formation professionnelle/continue: La formation professionnelle est un apprentissage nécessaire à l'exercice d'une activité professionnelle. L'objectif est de fournir au marché du travail des individus possédant un savoir-faire sans cesse mis à jour. Le domaine du développement web est par exemple un savoir-faire qui doit être constamment mis à jour via des formations innovantes telles que celles proposées par la Wild Code School.

Ces différents formats se développent donc en France et sont une voie très pertinentes pour certains publics, mais ils sont encore très peu valorisés dans certains domaines professionnels, qui les considèrent comme moins prestigieux que des filières générales. En effet, la perception de la réussite en parcours de formation professionnelle dépend beaucoup de la perception et de la valorisation (ou non) par la société  des métiers visés, et de la perception des milieux économiques. 


Des parcours qui mènent directement à l’emploi

La voie professionnelle est de plus en plus considérée par les élèves et de plus en plus reconnue de manière générale. En effet, depuis 2009, une réelle équité des voies de formation est reconnue. Cette évolution permet d’ouvrir la possibilité à tous de poursuivre en formation professionnelle sans critère d’affectation particulier et contribue de plus à plus à faire de la voie professionnelle une voie d’excellence choisie vers la réussite et surtout vers l’emploi.