Thierry « Ce qui me plaît dans la cybersécurité, c’est qu'on est en permanence obligés de se remettre en question »

Publié le 31 juillet 2020

Temps de lecture 3 minutes

Rencontre avec Thierry Niox, 49 ans, sorti de la formation analyste cybersécurité de Marseille. 


Quel a été votre parcours avant de rejoindre la formation?

Mon parcours est assez atypique, j’ai arrêté l’école en seconde et j’ai continué des études principalement pour mes parents. 

Après avoir suivi un CAP et une spécialisation dans le cursus de la prothèse dentaire pendant 3 ans, je me suis aperçu que le secteur n’était pas porteur, des centaines de laboratoires fermaient chaque année. 

Je me suis donc dirigé vers une carrière dans le commerce, plus particulièrement dans la vente. J’ai dès lors travaillé dans la téléphonie mobile, d’abord en tant qu’indépendant, puis après des formations en maintenance informatique et en développement de site site web, j’ai continué d’évoluer jusqu’à devenir superviseur de support technique principalement pour des fournisseurs d’accès à internet (FAI) et des éditeurs de logiciels. J’ai changé plusieurs fois d’entreprises avant de créer ma propre société. 


Qu’est-ce qui a motivé votre reconversion? 

Plus ma carrière évoluait, moins mes fonctions étaient techniques et plus il s’agissait d’encadrement de personnes. Il y a maintenant presque un an, j’ai décidé de fermer ma société.  

Je me suis renseigné sur des certifications et des formations il fallait que je rebondisse. 

Lorsqu’en décembre j’ai appris la création d’une formation d’Analyste Cybersécurité à la Wild Code School, j’ai tout de suite tenté l’aventure. 


Pourquoi le domaine de la cybersécurité? 

Je n’ai jamais porté une grande importance aux diplômes, mais plutôt à mes compétences, à ce que je suis capable de faire concrètement. Je cherchais à allier la partie technique et le côté relationnel et fonctionnel dans la suite de ma carrière.

En tant que développeur, on est concentré sur une chose et cela devient  très vite chronophage. Je souhaitais désormais tester ce que je proposais. En effet, un simple petit problème peut dégrader tout un travail. Ce qui me plaît dans la cybersécurité, c’est qu'on est en permanence obligés de se remettre en question, d’apprendre de nouvelles choses. 

Pour l’anecdote, j’ai déjà touché à ce secteur plus tôt dans ma carrière. J’ai travaillé de façon naïve (non rémunérée) pour une entreprise qui avait finalement confié la mission à une autre personne. En “représailles”, je me suis intéressé à leur infrastructure et il se trouve qu’en moins de deux heures, j’ai pu me connecter sur leur serveur en exploitant des identifiants trop évident à deviner. Tout cela, je l’ai fait depuis chez moi, cela m’a beaucoup plu et apporté une certaine satisfaction sans pour autant commettre aucune « dégradation ».


Quels sont selon vous les enjeux principaux de la formation? A quelles difficultés avez-vous été confronté? 

Je rejoins totalement l’approche de la Wild Code School, de laisser une part d’autonomie aux élèves, partir de 0 pour apprendre à réagir à n’importe quelle problématique. Comme tout le monde, le travail à distance a été le principal enjeu pendant la formation. J’ai beaucoup apprécié la façon dont le climat est abordé. Les gens se détendent et sont vraiment plus productifs. 


Quelles questions vous posiez-vous avant de rejoindre la formation? 

Aucune. Non je vous raconte des bêtises. J’ai 49 ans et pensais que le domaine était destiné aux jeunes. J’avais donc suivi des petites formations en amont pour avoir certains pré-requis. 

Maintenant, j’ai compris le truc. 


Comme Thierry, n'attendez plus et démarrez votre reconversion professionnelle :) 

Les métiers tech ont le vent en poupe et recrutent !