Web Developer is the new Black

Web Developer is the new Black

Publié le 17 mars 2020

Temps de lecture 5 minutes

Le développeur est un programmeur informatique flexible, multi-tâches et multi-langages : il est chargé de la réalisation d'un site web, d’un logiciel, ou d’un programme.

Actuellement, les développeurs n’ont jamais eu autant la côte sur le marché de l'emploi. 


De quels métiers parle-t-on ?

Entre codeur, développeur, programmeur… on peut vite s’y perdre. 

Sur le terrain on distingue : 

1. Le développeur web : il écrit le code qui permet de créer un site web. Pour cela, il utilise les langages de développement web : HTML/CSS - PHP - JAVASCRIPT - SQL - etc. 

On peut distinguer également le développeur web front-end (s’occupe de ce que l’utilisateur voit et peut faire à l’écran) et le développeur web back-end (qui s’occupe du traitement des données, de la sécurisation, des fonctionnalités côté serveur).

2. Le développeur logiciel : il écrit aussi des lignes de code, mais pour créer des logiciels propres à une activité économique, par exemple : un logiciel de comptabilité ou un espace numérique de travail pour une université. 

Il utilise des langages informatiques divers comme le C, C++, Java, Ruby, Python, etc.


Au quotidien, ça donne quoi ?

Le développeur peut passer d’une tâche à l’autre :

  • Analyser/rédiger le cahier des charges d’un client
  • Proposer une solution technique adaptée à un projet web ou logiciel 
  • Coder différentes fonctionnalités
  • Ecrire/tester différentes fonctionnalités
  • Documenter son code 
  • Maintenance / résolution de bugs
  • Apprentissage / documentation / recherches / veille

La charge des missions sous la responsabilité du développeur ne seront pas les mêmes s’il est freelance ou salarié.


Pas de repos pour les braves

Dans la plupart des métiers, on apprend énormément au début et on affine ensuite notre savoir grâce à l’expérience acquise. Le métier de développeur change constamment et la cadence est plutôt soutenue. 

Dans le code, pas de règle absolue à la question “qu’est-ce que je dois apprendre ?”, car pour un dev, toute expérience est bonne à prendre. En fait, il faut plutôt analyser les tendances des technologies modernes et actuelles et se demander :  “qu’est ce que je dois apprendre maintenant pour faire ‘cela’ ?”.

En s’orientant sur ce qui est le plus répandu en terme d’utilisation à l’instant T mais aussi pour les prochaines années du web, on s’assure d’être disponible rapidement sur le marché de l’emploi en gardant à l’idée que tout au long de sa carrière, notre mission première sera de maintenir notre apprentissage/entraînement aux nouvelles technologies pour rester à niveau dans cet océan de savoir qu’est l’informatique.


Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités

Les dev d’aujourd’hui et de demain seront parfois amenés à se poser la question de ce qu’ils font ou devraient faire de leurs compétences. Certains d’entres eux se verront peut-être proposer ou ordonner de créer un site ou une application qu’ils estiment injustes, malhonnêtes voir illégales ? 

Dans ce monde, rien n’est tout noir ou tout blanc, il faut savoir se positionner par rapport à son propre système de valeurs, faire preuve d’éthique et respecter les lois de l’informatique et du numérique.

Au sein de la communauté des développeurs même, il est considéré que le développeur a une responsabilité éthique dans sa pratique du code. 

Quelques ressources intéressantes ici :


Les soft skills du développeur

Le développeur est curieux, passionné, créatif, et veille en permanence sur son monde. 

C’est un caméléon, il est capable de s’adapter à n’importe quel environnement de travail, il a soif d’apprendre de nouvelles compétences, il partage son savoir à ses pairs et travaille très souvent en équipe. 

Il fait preuve de logique et d’esprit d’analyse, il est capable d’appréhender un problème donné et d’en détailler les étapes de résolution.


Un bon salaire, un CDI garanti et de belles perspectives d’évolution :

Les développeurs sont recherchés à la fois par les acteurs du web, de l'informatique, les PME-PMI, les entreprises de service numérique qui proposent des prestations technologiques aux autres entreprises, les grands groupes (dans la banque, l'industrie, le commerce)...

  • les développeurs web peuvent travailler à leur compte en freelance, ou bien dans des agences de communication ou de transformation digitale ou de conseil technologique. Mais ils sont aussi "chassés" par les startups du numérique qui ont besoin d'eux pour bâtir leur plateforme de commerce ou d'échange.
  • les développeurs logiciels sont recrutés par les éditeurs de logiciels, les grandes entreprises qui développent leur propre outils informatique, et les entreprises de service numérique (qu'on appelait autrefois SSII). 

Salaires

    Du fait de la pénurie de candidat.es par rapport aux besoins, les salaires sont attrayants : comptez 35 000 euros brut par an pour un.e développeur.se débutant.e à Paris.

      La somme peut s'élever très vite en fonction de l'expérience et du profil candidat. Ainsi, le salaire peut aller d'emblée jusqu'à 48 000 euros annuels si vous avez en plus des compétences de gestion, de marketing, un diplôme d'école d'ingénieur ou de commerce.


          Evolution

            Avec de l'expérience, on peut exercer des fonctions d'encadrement comme Développeur senior ou Lead développeur, ou bien évoluer vers des postes de chef de projet ou monter sa startup. A nouveau, tout dépend de votre profil et de vos talents : certains peuvent aller vers le webdesign, d'autres les métiers de la Data, d'autres le conseil, la sécurité ou encore la formation.


            Conclusion : c’est en codant que l’on devient Développeur !

            Le métier de développeur est génial lorsque toutes les conditions sont réunis, mais on ne devient pas bon par hasard, au même titre qu’une discipline sportive ou artistique, la programmation nécessite de la pratique et un entraînement régulier pour révéler toutes ses capacités.