Julien : De Game Designer à Développeur back-end à ManoMano

Publié le 19 octobre 2021

Temps de lecture 5 minutes

Alumni de la Wild Code School Bordeaux devenu développeur back-end à ManoMano, Julien nous raconte son histoire !

De Shanghai à Bordeaux : un parcours axé sur l'univers de la tech

Bonjour Julien ! Peux-tu te présenter en quelques mots ?


Bonjour. Je suis développeur backend chez ManoMano. Je code principalement en Kotlin et Java et mets la main dans les projets React si nécessaire.


Tu as intégré la Wild Code School Bordeaux pendant la session de mars 2018, quel a été ton parcours avant de nous rejoindre ?


J’ai travaillé pendant une dizaine d’années dans l’industrie du jeu vidéo en tant que game designer. Principalement à Shanghai où je suis resté dix ans.


Au fil de ma carrière je me suis intéressé de plus en plus aux aspects techniques.


Après être rentré en France en 2017, j’ai effectué une dernière mission dans le jeu vidéo puis j’ai eu la chance de me reconvertir. Ça faisait un moment que je voulais devenir programmeur.


Wild Code School : Comment se déroule l'après formation et l'entrée sur le marché du travail ?

Qu’as-tu retenu de ta formation à la Wild Code School ?


Que le travail paie !


Je me suis donné à fond pendant la formation et j’ai trouvé du travail très facilement derrière.


Et aussi l’expérience humaine. J’ai un bon souvenir de notre groupe et de notre formateur.


Quel a été ton parcours depuis la fin de ta formation ?


En sortant de la formation j’ai reçu plusieurs offres de sociétés qui étaient venues nous rencontrer à la Wild.


J’ai décidé de rejoindre Audensiel, une petite ESN, car ils me proposaient la mission qui correspondait à ce que je cherchais en termes de challenges et de technos.


Un an plus tard, ManoMano m’a contacté au moment où la société démarrait des nouveaux projets en Java. Travailler pour une des rares licornes françaises sur des projets qui démarraient de zéro était une proposition que je ne pouvais pas refuser !


Aujourd’hui, cela fait plus de 2 ans que tu travailles en tant que développeur backend chez ManoMano. Pourrais-tu nous en dire plus sur tes missions quotidiennes ?


Après avoir travaillé pendant plus d’un an dans l’équipe logistique qui assurait la liaison avec les entrepôts où sont stockés les produits « Expédié par Manomano », je travaille aujourd’hui dans l’équipe Order qui s’occupe du cycle de vie de la commande.


Mon quotidien, c’est de réaliser les nouveaux développements décidés par les chefs de projet pour améliorer l’expérience de nos clients et vendeurs.


J’ai aussi comme responsabilité de fixer des bugs et de monitorer les différents services dont s’occupe notre équipe car l’on se doit de réagir immédiatement en cas d’incident.


Selon toi, ManoMano est-elle une entreprise qui a su prendre le tournant du numérique ?


ManoMano est depuis sa genèse une entreprise numérique.


La force de ManoMano est d’avoir compris l’opportunité du e-commerce sur le segment DIY (Do It Yourself) avant les autres.


Quid du numérique et du secteur de la rénovation et de l'habitat ?

En parlant de tournant numérique, ce dernier est-il assez pris en compte par le secteur de la rénovation et de l’habitat en général ? Pourquoi ?


Je pense qu’il commence à l’être, oui, mais qu’on pourrait encore aller plus loin.


Par exemple, sur les projets de rénovation/redesign de logements, l'apport du Web 3D et de la réalité augmentée semble très intéressant pour améliorer l’expérience client.


Ou en ce qui concerne la rénovation thermique des bâtiments qui est un sujet dans l’air du temps, on pourrait penser à fournir des diagnostics automatisés à l’aide de drones équipés de caméra thermique.


L’apport du numérique pourrait aussi être du côté des économies d’énergie avec le pilotage automatique du chauffage par exemple.


Mais il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine et dans celui de la domotique pour améliorer le confort des logements.


Quels sont les critères les plus importants à prendre en compte lorsque l’on souhaite allier tech et rénovation ?


Il faut prendre le temps de se renseigner sur les outils existants.


On peut s’aider de produits digitaux pour prévoir et optimiser ses travaux.


Par exemple, pour optimiser en amont le pilotage du chauffage et l’emplacement des radiateurs pour qu’ils soient le moins énergivores.


Mot de la fin : quels projets futurs ?

Revenons à toi ! Quels sont tes projets pour la suite ?


Je suis toujours passionné par la tech. Je continue de me former à de nouvelles technos et travaille pour devenir expert dans mon domaine. Même si j’avoue que parfois l’UX que je pratiquais dans mon ancienne carrière me manque un peu… En tout cas, je me sens bien à ManoMano.

Si tu pouvais parler à ton “toi” d’avant la formation, que lui dirais-tu ?


Sois moins stressé ! :)


J’ai fait la Wild après m’être retrouvé au chômage et j’avais une grosse pression pour retrouver du travail et faire vivre ma famille.


Je ne me rendais pas compte à l’époque que j’allais avoir plusieurs propositions dès la fin de la formation. Je n’ai même pas eu à démarcher, plusieurs des entreprises qui sont venues nous rencontrer à la Wild m’ont fait des offres.


Merci pour toutes ces réponses ! As-tu un dernier mot pour les Wilders ?


Vous avez une chance unique de vous reconvertir dans un domaine ultra porteur, alors investissez-vous, accrochez-vous. Vous ne le regretterez pas !


Pour moi, faire la Wild a été une chance incroyable.


Pour aller plus loin...


Si, comme Julien, vous voulez vous reconvertir dans le développement web, on vous donne rendez-vous sur…