Toulouse : ses briques roses, ses chocolatines… et son écosystème IA

Toulouse : ses briques roses, ses chocolatines… et son écosystème IA

Publié le 23 décembre 2019

Temps de lecture translation missing: fr-FR.datetime.dotiw.minutes

Voitures autonomes, reconnaissance faciale, ordinateurs capables de battre des champions de poker ou d’échecs, assistants vocaux… Autant d’applications concrètes de l’intelligence artificielle directement perceptibles dans notre quotidien. Mais savez-vous comment fonctionne l’IA ?


L’IA vise à imiter le fonctionnement logique de notre cerveau

Lorsqu’il s’agit de prendre une décision, notre cerveau applique des processus de raisonnement logiques : tri, élimination, assimilation… L’intelligence artificielle consiste à entraîner les machines de manière à ce qu’elles soient capables de reproduire ce comportement grâce à des algorithmes qui vont conduire à des décisions automatisées en fonction des situations.


Le test de Turing : déterminer « l’intelligence » d’une machine

Conçu en 1950 par le mathématicien et cryptologue Alan Turing, le test du même nom consiste à faire dialoguer un évaluateur humain avec deux interlocuteurs qu’il ne peut pas voir. L’un d’eux est humain, l’autre est une machine. Si après cinq minutes de conversation, l’évaluateur n’est pas en mesure de distinguer l’humain de la machine, cette dernière passe le test avec succès. Le test vise à évaluer la qualité des réponses de la machine, non pas du point de vue de leur correction mais de leur ressemblance à celles qu’aurait pu formuler un être humain. Aujourd’hui critiqué, il reste malgré tout un standard pour déterminer « l’intelligence » d’une machine.

Les progrès en matière d’IA sont rapides,  les champs d’application nombreux et les enjeux majeurs, ce qui explique la prédominance du sujet aujourd’hui.

À Toulouse, un écosystème conséquent s’est développé autour de cette thématique.


Les acteurs locaux incontournables

Lancé en 2019, ANITI (Artificial and Natural Intelligence Toulouse Institute) est l’un des quatre instituts interdisciplinaires en intelligence artificielle français. Mis en place dans le cadre du plan Villani, ils ont pour objectif principal et commun de faire de la France l’un des leaders mondiaux en IA. En accord avec les poids lourds de l’écosystème local (Airbus, Continental...), ANITI va s’atteler à développer une nouvelle IA hybride qui trouvera son application dans les domaines de l’aéronautique, de la voiture autonome, de la robotisation industrielle et des interfaces homme-machine. Les thématiques de la santé et de l’environnement devraient venir élargir la palette des champs d’application dans les années à venir.

Plus de deux cents chercheurs, doctorants et ingénieurs vont oeuvrer sur plusieurs fronts. Création d’une centaine de startups, mise en place de formation continue à destination des étudiants et des entreprises… : l’objectif est de développer une recherche de pointe capable de répondre aux enjeux de demain, en favorisant la collaboration entre scientifiques, académiques et industriels.

Une démarche appuyée par la communauté Toulouse is AI. Soutenu par la Région Occitanie, ce collectif d’experts en la matière s’est donné la mission de rassembler, d’animer et de promouvoir l’écosystème IA toulousain à travers des rencontres, des ateliers, des conférences et des événements.


Des événements réguliers

A ces deux acteurs majeurs, il convient d’ajouter les nombreux groupes meet-up dédiés à l’IA : Toulouse - Intelligence Artificielle, Risques et Bénéfices ou encore Toulouse Meetup Robots-Aperobots-Culture robotique, ces groupes réunissent des passionnés désireux d’échanger autour de ces problématiques, mais aussi des curieux venus s’acculturer.

Enfin, citons les événements ouverts aux spécialistes comme au grand public. Outre le Forum Innovation / Intelligence artificielle organisé en octobre 2019, le festival Futurapolis consacre régulièrement une partie de sa programmation à des thématiques comme Intelligence(s) et bio inspiration : ce que les neurosciences apportent à l’IA ; IA et santé : faux-semblants, vraies avancées ou encore L'IA, la grande arnaque ?


La course à l’IA est aujourd’hui en partie dominée par les GAFAM qui investissent massivement dans le secteur et progressent rapidement, souvent au détriment de la transparence vis-à-vis de l’utilisateur. 
Stephen Hawking alertait en 2014 sur une intelligence artificielle qui pourrait, à terme, surpasser l’intelligence humaine. Les progrès de l’IA engendrent aujourd’hui nombre de questions éthiques, auxquelles il est essentiel de sensibiliser tous les professionnels du secteur numérique.
Cette préoccupation est centrale à la Wild Code School : nous avons à coeur de former de futurs professionnels responsables via nos contenus pédagogiques d’une part, mais également en favorisant les échanges réguliers avec des spécialistes. Si vous avez envie de venir rencontrer les Wilders et de partager votre expertise en matière d’IA, contactez-nous !